Langue
slide-1

Métiers

Hydroseeding

L’hydroseeding est apparu aux Etats Unis dans les années 1950…

Le développement des infrastructures routières, ferroviaires et l’exploitation des ressources minérales et énergétiques ont généré de vastes étendues dénudées, sans aucune végétation, dans un cadre topographique très perturbé ne permettant pas l’intervention avec des moyens mécanisés traditionnels.

C’est dans ce contexte, que Charles FINN inventa en 1953 le premier matériel de semis à propulsion hydraulique qu’il nomma tout naturellement
« hydroseeder ».

Aujourd’hui, les domaines d’intervention regroupés sous le terme générique « hydroseeding » sont nombreux et divers.

On peut les regrouper sous 4 bannières qui caractérisent le type d’application et les objectifs attendus :

Hydroseeding ou hydrosemis ou semis hydraulique

Permet l’établissement rapide d’une strate herbacée & ligneuse sur des terrains faiblement pentus, non nécessairement préparés et avec une valeur agronomique moyenne à bonne.
Avantage : Variante économique au semis traditionnel car ne nécessite aucune préparation spécifique du substrat et permet une application même en période pluvieuse.
Exemples d’application : Pelouses traditionnelles, merlons terreux, ronds points

Hydromulching

Permet l’établissement d’une strate herbacée simultanément avec un complexe temporaire antiérosif sur des terrains pentus ou avec une valeur agronomique médiocre à très faible.
Avantage : Permet de limiter instantanément l’érosion superficielle et garantit l’établissement d’une végétation sur des substrats stériles ou avec des contraintes climatiques sévères.
Exemples d’application : Talus déblais ou avec de grands développés, Semis en zone tropicale, Semis sur substrat argileux, graveleux, sableux.

Hydrosprigging ou hydrobouturage

Permet l’établissement d’une strate herbacée à partir de boutures ou stolons – Cette technique nécessite l’application simultanée d’une matrice fibrillaire destinée à « enrober » la matière végétale afin de fluidifier le mélange et limiter les pertes lors de l’application mais également d’accélérer l’enracinement.
Avantage : Permet d’obtenir un couvert végétal plus rapidement qu’avec un semis et l’emploi d’espèces dont les semences sont stériles ou indisponibles sur le marché.
Exemples d’application : Golf, Terrains foot / rugby, toitures végétalisées

Hydrocovering

Permet le « confinement » temporaire d’une zone par la mise en œuvre de complexes spécifiques dont les propriétés varient en fonction des effets recherchés : érosion superficielle, envols de poussières ou de déchets, odeurs, émanation gazeuses type C.O.V., imperméabilisation contre eaux météoriques, ruissellement…
Cette technique est sans ajout de végétation.
Avantage : Productivité et facilité de mise en œuvre / variante au bâchage
Exemples d’application : Traitement de terres polluées en biopile, stock de matériaux (Stock piles), couvertures journalières de CET, confinement de zones en cours de décontamination, protection ouvrages en cours de construction

A chaque technique il convient d’associer les bons intrants et la bonne méthodologie de mise en œuvre….

Pour en savoir plus sur ces techniques , consulter le Guide Européen de l’hydroseeding, voir « Livre Blanc »